Ecolog mène les débats lors du forum consacré au financement du développement durable à l’horizon 2030 durant l’Assemblée générale des Nations Unies

Les États membres de l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique sont disposés à faire des affaires, mais ils souhaitent que leurs communautés locales soient impliquées dans le processus de développement. Voilà en résumé le message principal des gouvernements qui ont pris part au forum de haut niveau qui s’est tenu à New York le 26 septembre dernier au siège des Nations Unies lors de l’Assemblée générale. L’événement conjointement organisé par les gouvernements du Canada et du Ghana en collaboration avec le Bureau du financement du développement durable, le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, le groupe de travail du secrétaire général des Nations Unies dédié au financement numérique des objectifs de développement durable, le Forum mondial pour les partenariats et Ecolog. Parmi les officiels qui ont assisté à l’événement, on peut mentionner Sa majesté la reine Máxima des Pays-Bas et Son Excellence Mme. Amina J. Mohammed, vice-secrétaire générale des Nations Unie. Son Excellence M. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, le président de la République du Ghana, a souligné l’importance du développement de la région en raison de sa contribution à l’éducation critique et aux initiatives dédiées aux droits de l’homme telles que les ODD de l’ONU. Le président s’est fait l’écho de propos adressés précédemment au cours de la journée à l’Assemblée générale des Nations Unies en expliquant que ces objectifs constituent une approche holistique pour contribuer au développement de la région. Le président Nana Akufo-Addo, fervent défenseur des ODD, a affirmé que la numérisation doit jouer un rôle essentiel dans le développement du continent africain.

Ali Vezvaei, le PDG d’Ecolog, a prononcé le discours de bienvenue. Il a cité les Nations Unies comme étant un agent majeur pour la paix et la sécurité. Il a également expliqué que le fondateur d’Ecolog, Nazif Destani, également présent, a créé cette entreprise durant les opérations de maintien de la paix des Nations Unies en Europe du Sud-Est durant les années 1990. M. Vezvaei a expliqué que la paix a permis de mettre en place la numérisation et le développement actuels : « Ecolog s’est transformée en fournisseur international de services de soutien intégrés et intelligents dans plus de 40 pays répartis sur 150 sites. » M. Vezvaei a ensuite mentionné les solutions énergétiques et logistiques, la gestion des villes intelligentes et les services bancaires biométriques mobiles qui ont recours à des plateformes blockchain novatrices qui constituent à présent une part importante du portefeuille de prestations d’Ecolog. Vezvaei a ensuite ajouté que l’entreprise a déjà mis en place des projets éducatifs en Irak et en République centrafricaine et a récemment présenté sa communication sur l’avancement dans le cadre du Pacte mondial des Nations Unies. Ecolog entend poursuivre la réalisation de projets éducatifs sur tout le continent africain. L’événement s’est achevé sur des discussions pluripartites largement consacrées au rôle de leaders que doivent jouer les États membres en Europe et le secteur privé. Parmi les intervenants se trouvait Son Excellence le Dr Sahar Nasr, ministre des Investissements et de la Coopération internationale de la République arabe d’Égypte, ainsi que des dirigeants d’entreprises du secteur privé des investissements telles que City Bank, Blackrock et le Global Impact Investment Network.